Fabienne dite "Fafa"


Soulac-sur-Mer, une station balnéaire florissante du XIX ème siècle, située à 90 km au Nord de Bordeaux, qui est aujourd’hui encore très prisée des touristes pour sa Basilique «Notre Dame des fins des terres», son couvent des Bénédictins, son casino, ses plages immenses, le glacier «Judici» , le marché hebdomadaire et … le Bar des Amis (B.D.A. pour les initiés).

Le B.D.A., un lieu haut en couleur [le orange en l’occurrence] comme sa patronne ! A l’heure des bars «lounge» et des endroits impersonnels, Fabienne a su conserver l’âme et l’authenticité de ce bar qu’elle rachète par hasard avec son mari en 2005. Dès lors, le lieu devient le «spot» incontournable de la station, un endroit où se côtoient en toute décontraction les médocains [de 20 à 65 ans], les artistes, les touristes étrangers [allemands & anglais] mais surtout les Bobos bordelais et parisiens … Rapidement l’idée fût de développer un lieu convivial et de conserver l’esprit «bistrot».

Fabienne Blanchou naît le 6 mai 1960 à 6H du matin, chambre n° 6 à Bordeaux. Elle tombe immédiatement dans la limonade. Fille unique, ses parents tiennent un café rue de la plage. Sa mère espérait secrètement faire une carrière de chanteuse d’opérette. Elle chantera d’ailleurs avec Mady Mesplé. Fabienne a une profonde affection et une grande admiration pour son père qui était officier de marine marchande. Très drôle, pince sans rire, il peignait à ses heures perdues. D’ailleurs, ses toiles sont aujourd’hui accrochées aux murs du B.D.A., comme un témoignage pudique de l’amour que lui porte Fabienne. Son père lui fait découvrir le jazz, elle lui fera découvrir le Rock n’roll. A la maison, ils écoutent Brel, Gréco, Brassens, Ferré, etc. Avec un papa officier de marine, Fabienne passe beaucoup de temps avec sa mère.

Elle évoque avec tendresse ses grands-parents, surtout ses deux grands-mères. Ca nous rappelle soudain quelqu’un ! Des femmes indépendantes [financièrement], des femmes de tête, des grandes-gueules aux grands cœurs qui portent la culotte … D’ailleurs l’une d’elle est «culottière», terrienne, excellente cuisinière, et accessoirement l’épouse d’un docker de Bordeaux. La seconde est brodeuse, rue d’Aboukir chez des Juifs du Sentier. Elle suivra son mari, militaire de carrière, dans l’Atlas des années 30.

Fabienne est une petite fille sage, solitaire, introvertie et entourée d’amour. Elle rêvait d’être écrivain. D’ailleurs, elle lit beaucoup et depuis toujours. Garçon manqué, elle aime les jeux d’extérieur et le plein air ! Son truc à elle, c’est le vélo et le patin à roulettes ! Bonne élève, elle n’aime pourtant pas l’école. Elle va vite détester tout ce qui l’arrache à son cocon familial. Elle a horreur des obligations. Pourtant, elle doit se résoudre à partir en internat à Bordeaux pour ses études. Elle se souvient d’avoir pleuré toutes les larmes de son corps l’année de ses 15 ans. Elle quitte rapidement l’internat pour vivre seule dans un appartement à Bordeaux. Elle sèche les cours et passe des journées entières au cinéma.


A 17 ans, elle revient à Soulac, essuyer les verres au fond du café familial … Elle réalise qu’elle ne va pas tenir bien longtemps ! Son Bac en poche [qu’elle décroche en candidat libre], la vie lui appartient ! Elle entame un DEUG en Fac de langues, et part effectuer un bref séjour à Wimbledon en Angleterre. Très rapidement, elle parle l’anglais et l’espagnol. Entre 20 et 30 ans, la petite fille introvertie se déchaîne et s’affirme ! Moto tout terrain, surf, boxe française, danse, drogues, alcool et Rock’n Roll : Fabienne a la fureur de vivre ! Elle va enchaîner les petits boulots [vendeuse de chaussures, assistante dentaire, barmaid, vendeuse de pub pour NRJ, vendeuse de vin chez un courtier de Bordeaux, etc.]. Fabienne s’installe à Bayonne en 1980 et navigue dans le pays basque pendant cinq ans, au cours desquels elle pratique le Bodyboard. Elle a 22 ans quand ses parents revendent leur affaire rue de la plage. Bien qu’ils lui proposent de reprendre le café, elle se jure alors de ne jamais faire ce métier !

Elle rencontre Bruno Juillet, l’été 1988 ; elle a alors 28 ans. Bruno travaille comme saisonnier à Soulac. Parce qu’elle a peur de se faire «piétiner le cœur» par cet homme, il lui fera une cours assidue pendant un an ! Ils vivent 5 ans ensemble à Bordeaux avant de s’installer définitivement à Soulac. Fabienne a alors 33 ans quand ils donnent naissance à Paul en 1993. Suivra Luc en 1996. Des prénoms d’apôtres ? Pas du tout ! Luc, c’est Skywalker et Paul, c’est Atréides (Leto) dans Dune ! Ses deux fils sont des "messies" de science fiction ! La maternité était loin d’être une évidence pour Fabienne ! Elle avoue même avoir détesté ça ! Autant elle n’aime pas les enfants [surtout mal élevés], autant elle adore les adolescents ; cette période si délicate à franchir. De son fils aîné, elle dit qu’il est secret, taiseux et très sensible ; du cadet, elle le décrit drôle et insouciant. Il lui est arrivé de se sentir coupable, d’être une mère «indigne» à cause de son métier. Les clichés, le regard des autres étaient parfois lourds à porter. Elle sait qu’elle doit beaucoup à son homme dans l’éducation de leurs fils.

En 2005, Fabienne épouse Bruno [le jour de l’anniversaire de son père qu’elle perd en 2001] et se fait licencier du Centre Héliomarin de Montalivet (dit « CHM » ou « Monta », le plus vieux centre naturiste d’Europe), où elle travaillait pourtant depuis 15 ans [incompatibilité d’humeur avec son P.D.G.]. Elle y rencontrera des gens passionnants, d’horizons très variés et apprendra l’allemand sur le tas ! Alors qu’elle pensait prendre une année sabbatique, elle se retrouve propriétaire 3 mois plus tard du Bar des Amis. Un Bar qui décidemment porte bien son nom quand on connaît l’importance capitale de l’amitié pour Fabienne. Rarement déçue, l’amitié est pour elle une valeur aussi fondamentale que la famille.

Quand elle ne travaille pas, Fabienne aime lire [surtout des polars le soir au fond de son lit], se balader sur la plage, faire du vélo [en musique], de la photo et marcher seule dans la forêt [au moment des champignons !]. Contrairement aux apparences, elle est casanière, se sent proche de sa famille, de la nature, adore les chats [Kenny, Wasa et Raymond le SDF, pour ne citer qu’eux] et peut s'allonger dans l’herbe juste pour observer la cime des arbres …

En 2010, elle loue son Bar pour le tournage d’une série télé «Section de Recherche», qui devrait être diffusé très prochainement. A ses amis musiciens, elle demande de venir faire des bœufs l’été au B.D.A.

Fabienne a beaucoup voyagé mais à Soulac elle se sent hors du monde, enveloppée par l’Océan et enracinée dans ses souvenirs douillets. Très attachée à son enfance, «Nanette» [son petit surnom] dit avoir du mal à passer à l’âge adulte. Jamais sérieuse, rigoureuse, exigeante, Fabienne avoue être «égoïste et s’accorde des libertés qu’elle n’accorde pas aux autres …». Elle est surtout optimiste, fiable, épicurienne, cultivée, franche [toute vérité n’est pas bonne à dire, elle le sait]. Grâce à sa grande capacité d’écoute, elle fait de la psychanalyse à 3,50 € le verre ! Un vrai métier «d’utilité publique». Les gens viennent se confier, chercher de la chaleur humaine. C’est vrai qu’il y a de la chaleur au B.D.A. grâce à un véritable lien social et amical.

Pour Fabienne, ouvrir son Bar c’est entrer en scène. Le lever de rideau, c’est deux fois par jour : en matinée et en soirée, comme au théâtre ! Des brèves de comptoir, elle en a entendues ! Comme disait son papa «la vie c’est toujours plus facile quand on est un petit peu bourré !». Une phrase qui n’aurait pas déplu à Jean Carmet …

La maison ne prend par la carte bleue !
Vous y trouverez une belle carte de vins [locaux bien sûr ! on est quand même dans le Médoc] et des tapas variés.
On peut aussi acheter du vin en vrac (rouge, blanc, rosé).
Cheminée en hiver – terrasse en été
Wifi

La phrase culte de la maison :
« L’alcool ne résout pas tous les problèmes, ceci dit l’eau et le lait non plus ! »
***
Le Bar des Amis
35 Rue Trouche
33780 Soulac-sur-Mer


  ***

3 commentaires:

  1. Una historia maravillosa. Mucha suerte.
    Un beso, Nacho

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cual sorpresa Nacho ! Puedes escribirme a esta @ : talentous@club-internet.fr También estoy en Facebook

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer