Céline




Dans le bar douillet de l’Hôtel du Louvre, s’avance vers moi Fellini, Cinecittà, la Nouvelle Vague, l’underground New Yorkais, une icône du Palace : voici Céline. Splendide et pulpeuse jeune femme d’1M80, âgée seulement de 22 ans ½. Elle passe les 6 premières années de sa vie en Bretagne où son père travaille dans la Marine Nationale. Ce papa tourangeau et cette maman réunionnaise, donnent naissance à Céline et a son grand frère de 4 ans son aîné. La carrière militaire de son père s’achève en 1995. 

C’est ainsi que la famille quitte Lorient pour Tours afin de reprendre la station-service des grands-parents qui partent en retraite. Ils s’installent dans un quartier sensible de la ville où Céline, qui a déjà un caractère bien trempé, apprend à s’affirmer davantage. Adolescente, afin de gagner de l’argent de poche en été, elle tient la station-service familial et gère la caisse, avec tous les risques que cela comporte. Petite, elle passe son temps à dessiner, comme son père, auquel elle voue une immense admiration aujourd’hui encore. Elle réalise des portraits de son entourage et dessine surtout des vêtements. On lui offre des crayons de couleurs et de quoi dessiner à noël ou pour son anniversaire. Elle est plutôt bonne élève et aime beaucoup l’école. Malgré son physique atypique, elle ne souffre pas particulièrement de discrimination et trouve l’ambiance plutôt bonne, surtout au collège. 

Au lycée, elle intègre la filière E.S. qu’elle n’aime pas du tout et s’oriente alors vers un BEP Métiers de la Mode et industries connexes [industrie de la couture], qu’elle fera en 3 ans. Pendant son cursus, Céline fait la connaissance de Corinne, professeur de couture remarquable, très pédagogue, qui l’encourage et se prend d’affection pour elle. Elles deviennent amies au fil des ans. A l’inverse, durant son BAC [un B.T. de technicien vêtements, créations et mesures] elle devient le bouc-émissaire d’un professeur aigri et malveillant. Céline apprend à devenir une petite main et la haute couture. Plutôt «bordélique», cette formation très stricte et pointilleuse l’oblige à se discipliner, à être plus rigoureuse. Hélas, ce professeur la discrimine et lui interdit de se confectionner des vêtements sur-mesure pendant son cours, sous prétexte qu’elle fait du 46. Vous avez-dit «ségrégation» ? Hélas, oui. Fort heureusement, Céline a le soutien de tous ses camarades et obtiendra son B.T. du 1er coup. Une revanche suffisante à ses yeux envers cette femme odieuse. Son apprentissage lui permet de peaufiner et de cultiver son propre style vestimentaire. Elle sait se mettre en valeur, connaît parfaitement ce qui lui va [coupes, matières, formes], en use et en abuse ! 

Lors de ses études, elle rencontre Arnaud son meilleur ami, le second homme de sa vie [après son père]. L’homme le plus délicieux, le plus galant et talentueux qu’elle connaisse. Il l’aide à se mettre en valeur, la conseille et lui permet de «gagner une confiance en elle, qu’elle n’aurait jamais eue sans le rencontrer». 

A 18 ans, elle rêve d’indépendance et de quitter Tours pour Paris. Ce qu’elle fera avec le soutien de sa famille. Actuellement, Céline termine une formation à LISAA [L’institut Supérieur des Arts Appliqués] à Paris, option Mode et Création Textile. Un sacré défi l’attend d’ici la fin de l’année scolaire puisqu’elle doit préparer une collection sur un thème libre pour homme et femme. Céline qui a choisi l’Opérette [côté coulisses et côté scène] comme sujet, devra présenter une collection de prêt-à-porter d’ici la mi-janvier ; puis une autre, façon créateur, entre février et juin 2012, face à un jury spécialisé. 

De ses amitiés essentiellement issues du milieu de la mode et du milieu gay, elle fait des rencontres qui l’entraînent vers des expériences nouvelles et inédites. Céline suit par exemple un stage d’effeuillage avec Miss Botero, qui l’entraînera avec délice vers le cabaret new burlesque. Cette expérience lui permettra de mieux s’accepter, d’apprivoiser sa féminité et de tendre vers plus de douceur et de sensualité. L’occasion aussi de jouer sur scène, où elle chante des compositions sur-mesure de son ami Jonathan alias Queen Mimosa. Ils se produisent au Scopitone, Avenue de l’Opéra et au 1515, près des Champs-Elysées. 

L’été dernier, Céline part plusieurs semaines avec l’équipe de Taillissime pour la Redoute dans différentes stations balnéaires du Sud de la France afin de coacher et relooker des femmes de tous âges. Une expérience riche et très émouvante qui a permis à des centaines de femmes de retrouver un peu d’estime d’elle-même. Céline est également modèle et pause régulièrement pour des photographes [publicités, marques de vêtements …]. 

Dernièrement, elle a eu la chance de poser pour Ralph Mecke [http://www.ralphmecke.com/] et a gagné un concours pour être shootée par Velvet d’amour [http://www.velvetography.com/]. Céline rêverait de poser un jour pour David La Chapelle, qu’on se le dise !
 
Avec cette vie trépidante et toutes ces activités, pas étonnant qu’elle ait perdu 35 kilos sans faire de régime ! Simple changement de vie et d’hygiène de vie, davantage d’activité physique. Bien dans sa peau, elle pense néanmoins à sa santé et constate qu’il est plus facile d’assumer sa différence à Paris qu’en province. Elle n’apprécie guère les ghettos ou le sectarisme dans lesquels s’enferment parfois eux-mêmes les gens corpulents. On accepte tout le monde ou personne. Elle dénonce aussi les sites de rencontres sur lesquels circulent trop souvent des hommes soit disant Fat Admirer [personnes attirées physiquement et sexuellement par les personnes fortes] qui sont en réalité pervers, déviants ou fétichistes. 

Dans nos sociétés contemporaines, où la minceur constitue la norme en matière de beauté notamment féminine, Céline avoue qu’elle ne laisse pas les hommes indifférents. Elle a parfaitement conscience de l’effet qu’elle provoque chez eux. Mais s’ils couchent volontiers avec une ronde, socialement ils assument rarement de s’afficher avec … Appelez-la Mademoiselle car Céline veut se marier [et le faire savoir], si possible avant 25 ans et avoir 1 ou 2 enfant(s). Ca tombe bien car actuellement, Céline est amoureuse. 

Son avenir professionnel, elle le voit comme styliste dans un magazine de mode. En attendant, nous pourrons la découvrir en chair et en strass au Batofar où elle chantera au printemps prochain. 

Un nom aussi facile à retenir que son joli minois : Perrier ! C’est fou, non ?

Depuis notre rencontre, Céline s'est lancée dans le conseil en image et le relooking ! Découvrez son site (concept, formules, tarifs, avant/après) :  http://www.celineperrier-relooking.com/
Retrouvez-la également sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/pages/C%C3%A9line-Perrier-Conseil-en-image-Relooking/509003692479023?sk=wall&filter=2&notif_t=wall

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire