Laëtitia



Laëtitia est une jeune femme de 33 ans, mariée avec 3 enfants, respectivement de 5 ans, 3 ans 1/2 et 15 mois. Elle grandit à la Garenne-Colombes, en banlieue parisienne, jusqu’à l’âge de 11 ans. Au moment de son entrée en 6ème ses parents déménagent dans le Val d’Oise, dans une maison de Cormeilles-en-Parisis. Son petit-frère et elle, auront enfin leur propre chambre ! Elle n’aime pas particulièrement l’école, en dehors de certaines matières comme le dessin ou la « techno » [la matière, pas la musique !]. Tandis que son père lui prédit ironiquement un avenir de « caissière chez Mammouth », Laëtitia se voit tantôt architecte, tantôt vétérinaire mais veut surtout être « chef » ! Jusqu’au lycée, ce sont essentiellement les copains qui comptent le plus et puis un jour, c’est le déclic ! Elle entreprend un BTS « action communication et commerciale » puis intègre L'INSEEC, une Grande École formant aux carrières du commerce, de la gestion et du management. 

Pendant 8 ans, elle travaille dans la même société afin de réaliser des études de marché dans le secteur de la santé. Il y a 5 ans, l’idée d’ouvrir une boutique germe déjà. Elle prend des renseignements à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris et hésite entre une boutique de jouets en bois et un commerce de vêtements bio ! Mais en 2009, son mari est muté pendant 1 an aux Etats-Unis. Le projet de boutique tombe à l’eau. Temporairement, en tout cas. La petite famille s’installe à Chicago, la ville de Barack Obama, qui sera élu Président cette année là ! Autant dire, qu’ils rapporteront des souvenirs exceptionnels dans leurs bagages … ainsi qu’une seconde petite fille !  

Après avoir vécu à Paris, puis une année mémorable à Chicago [dans un appartement de 180 m2], ils reviennent en France et s’installent à Courbevoie, où ils dépriment pendant 6 mois ! Laëtitia en plus d’être au chômage, ne supporte pas vraiment l’image dégradée de la femme au foyer qui pèse chez nous. Plus question de se laisser abattre ! Elle réintègre sans grand enthousiasme son ancienne société. 

Suite à une conversation avec elle, sa grand-mère lui offre une machine à coudre ; Cadeau décisif, qui sera le déclencheur d’une nouvelle vocation ! Laëtitia brode, prend des cours de couture et attrape le virus créatif ! En juillet 2010, elle donne naissance à son 3ème enfant [un petit garçon cette fois] et tombe sur une annonce pour la vente d’une mercerie à Bécon-les Bruyères [quartier de Courbevoie où elle vit]. 

Après un conseil de famille, Laëtitia se lance dans l’aventure, trois ans trop tôt, selon elle ! Tant pis, car si l’expérience doit lui donner du fil à retordre, impossible de manquer une telle opportunité ! En avril 2011, elle signe l’achat du fonds de commerce et prend officiellement possession de la mercerie en juillet 2011, soit un an après avoir vu l’annonce. Raymond et Marie, le couple qui tenait cette boutique depuis 30 ans, vont la former pendant 2 mois, avant de prendre leur retraite. Laëtitia va alors découvrir les subtilités de la couture, de la broderie [qu’elle pratique], du tricot [qu’elle débute], de l’art du collant et de la bonneterie ! 

Si on ne lui fait pas [encore] « d’avances » dans la cabine d’essayage, on lui demande néanmoins de l’aide pour remettre un sein en place lors de l’essayage d’un soutien-gorge … ! Elle est frappée par l’exhibitionnisme et l’impudeur de certaines clientes. Elle qui n’est guère à l’aise avec le rapport corporel, fait aussi l’apprentissage de la constance et ne se laisse pas embobiner ! On lui demande parfois des modèles de tricot pour chiens : et bien figurez-vous qu’elle en a ! Laëtitia bénéficie d’une belle énergie et d’un grand enthousiasme. Après une sympathique soirée d’inauguration le 30 septembre dernier avec les commerçants du quartier, le voisinage, la famille, les amis, Laëtitia se projette déjà et envisage de créer des ateliers thématiques dans sa boutique : tricot, broderie, couture, etc. Mais pour l’instant, motus et bouche cousue ! 

Comme dans la chanson de France Gall, il y a des rubans et des fleurs chez Laëtitia. Pari réussi pour celle qui voulait devenir « chef » ! La voici à la tête d’une petite entreprise qui, souhaitons-le, ne connaîtra pas la crise ! 

La boutique est ouverte du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 15h à 19H :



André



André est un personnage délicieux et facétieux ! A 80 ans, il a déjà eu plusieurs vies et pas des moindres ! Ancien bruiteur de cinéma, André commence sa carrière comme « G.O » (gentil organisateur) au Club-Med en 1959, où il rencontre Jean Redot (un G.M ou gentil membre) qui est traducteur - bruiteur et propose à André de lui apprendre son métier ! Bingo ! C'est le départ d'une nouvelle carrière. André fait l'assistant sur quelques films et se lance seul dans le métier... Il quittera le Club-Med en 1977, marié et avec trois enfants ! Entre temps, il écume les cabarets, joue l’animateur à l’Olympia, se lance dans la figuration pour le théâtre et le cinéma ! Pendant des années les studios de "Paris -Cinéma" à Boulogne seront sa seconde maison, l'auditorium "4" son antichambre ! 
A la louche, André travaillera pour 80 réalisateurs différents, dont les plus fidèles seront José Giovanni, Georges Lautner, Claude Chabrol, Claude Zidi, Michel Deville, Edouard Molinaro, pour ne citer qu’eux ! Dans les années 80 et 90, il sera l’invité de nombreux plateaux télé afin de parler de son métier (démonstration à l’appui). De ses rencontres avec les acteurs, André garde quelques bons souvenirs, en particulier avec Bernard Haller (son copain), Gérard Jugnot, Bourvil, Michel Galabru, Jean Carmet, Louis de Funès et même … Alain Delon ! 
 En 2004, après avoir bruité son dernier "Chabrol", il prend sa retraite (sans bruit et sans regret). L’aîné et le plus jeune de ses fils, après avoir été ses assistants, deviendront « bruiteurs » à leur tour. Ouf ! Le troisième d’entre eux est chef de cabine pour une compagnie aérienne et vit à Nouméa. Pas mal non plus ! André est un retraité hyper « actif » et grand-père de 4 petits-enfants ! Il retourne régulièrement au Club Med (comme G.M. cette fois), cultive avec passion son jardin, tente de dresser sa petite chienne Biscotte, chasse les taupes, murmure à l’oreille des écureuils, flambe sur sa "Ferrari rouge" (une tondeuse autoportée), prépare amoureusement des tartes aux pommes, et dorlote France, sa seconde épouse, avec laquelle il vient de célébrer 19 ans de mariage ! 
 Avec André, la vie fait souvent des WIP ! des CLIP ! CRAP ! des BANG ! des VLOP ! et des ZIP ! SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ ! 








*André Naudin a publié un livre, dans lequel il nous livre ses souvenirs, les secrets du bruitage et de nombreuses anecdotes : « Silence … on bruite ! » d’André NAUDIN aux Editions Dixit.

Un pour tous ...

Pourquoi ce blog ?

J'ai eu envie de tirer des fils et de parler de « la vie des autres » afin de dresser des portraits croisés de gens ayant des univers et des horizons différents … Car si l'idée n’est pas révolutionnaire, la vie des gens elle, est unique ! Mon regard ne l'est pas moins, sur la société, les hommes, les femmes et des destins ...

Depuis quelques années, je réalise des herbiers avec l'aide de Claudine [ma mère], qui cueille et presse des fleurs des champs. C'est ici l'occasion de présenter ces créations florales au plus grand nombre.

Enfin, mes amis me demandaient régulièrement mes bonnes adresses ou mes bons plans en matière de restaurants, chambres d'hôtes ou hôtels de charme ! J'ai donc décidé de partager mes coups de coeur en épicurienne avertie !

"Parce que la vie de chacun est unique. L'existence n'est pas ce qui s'est passé, l'existence est le champs de possibilités humaines, tout ce que l'homme peut devenir, tout ce dont il est capable." Milan Kundera